S’informer, comprendre, choisir.

Commentant l’article « Notre projet pour le devenir du Club House » publié, sur le site Internet de la copropriété, le 1er septembre,  par l’association « Bien Vivre au Golf » un copropriétaire a écrit le  2 octobre :

Je suis absolument contre la destruction du club house et entièrement favorable au projet présenté ici, d’autant plus que ce bâtiment donne un cachet à l’ensemble de la résidence, et une valeur architecturale que les barres d’immeuble ne possèdentreflechir malheureusement pas…

Depuis, un autre copropriétaire a écrit au Président du Conseil Syndical :

… Lors de la consultation sur le devenir du Club House, nous avons voté pour sa démolition. Non pas que ce bâtiment nous gêne, mais uniquement pour une question financière.

Depuis notre arrivée au Golf, nous avons eu notre dose de frais à payer. Il y a eu d’abord la mise en conformité de l’ascenseur … Puis il y a eu le ravalement … car cela devait être fait tous les 20 ans. Enfin, il y a eu les travaux d’étanchéité des terrasses de notre bâtiment. Résultat : nous nous sommes retrouvé avec des appels de fonds de plus de 1000 € par mois ! Grosso modo la moitié du montant de notre retraite.

Alors, nous comprenons bien que certains veuillent préserver le patrimoine du Golf, mais nous ne voulons pas que cela nous coûte encore la « peau des fesses ». C’est peut-être un raisonnement égoïste par rapport à certains anciens, mais notre budget n’est pas élastique.

Sur le fond, les positions énoncées ci-dessus sont éminemment respectables.

 La première rejoint très vraisemblablement celle de tous les copropriétaires qui ont exprimé valablement un choix préférentiel autre que la démolition. La seconde montre bien que dans l’expression d’une préférence  pour la démolition, lors de cette consultation,  les aspects financiers ont, certainement, pesé. Ils pèseront encore lors du choix définitif qui ressortira de la prochaine assemblée générale. C’est normal et compréhensible. Mais il en résulte, évidemment, que chacune des deux solutions devra être présentée avec un chiffrage précis fondé sur la base des devis fournis par des professionnels réunis par un maître d’œuvre engageant  sa responsabilité.

Par ailleurs, d’autres critères méritent certainement d’être examinés et chaque copropriétaire doit, à la fois, en être informé et garder la liberté de leur accorder l’importance qu’il souhaitera. Pour cela il est souhaitable que puissent être publiés sur ce site, au même titre que ceux du Conseil Syndical,  les points de vue des personnes et des associations qui le voudront. Pour sa part, la revue du Conseil Syndical éditera des d’articles de synthèse et établira des tableaux comparatifs. L’ensemble des écrits  sur Internet ou sur papier pourront être le support de 1 ou 2 réunions-débats au sein de la résidence afin de fournir, par des échanges libres et respectueux, le niveau d’information que chacun souhaitera recevoir.

Ensuite, ni facile, ni stupide, quel qu’il soit,  le choix définitif que fera l’assemblée générale d’avril 2017  devra être mis en œuvre.

1 réflexion sur « S’informer, comprendre, choisir. »

  1. L’association  »Bien vivre au Golf  » est pour le maintien du Club House. Elle s’est livrée dans son bulletin de septembre à une analyse un peu compliquée des résultats de la consultation, estimant qu’avec des  »si  » ce ne sont pas 51 mais  »une centaine » de copropriétaires qui soutiennent sa position.
    Même dans cette hypothèse, une large majorité s’est prononcée pour la démolition.

    Déclarer que le club house peut être conservé  »à peu de frais » … c’est vague ! Attendons le descriptif précis pour juger, sans oublier que ce maintien générerait, en plus, des frais annuels d’entretien et de fonctionnement.
    Et puis, la résidence a-t-elle réellement besoin de locaux supplémentaires ?

    Au bout du compte ce sont les chiffres qui feront la différence.
    Combien cela va-t-il nous coûter ! Voila la vraie question ! Le reste est du bavardage. Et par les temps qui courent, c’est le  »moins disant » – comme on dit – qui l’emportera.

    Pour l’instant c’est l’option démolition qui tient la route .
    Affaire à suivre … mais c’est assurément une solution plus réaliste que de vouloir faire de cette bâtisse un monument historique !! on n’est pas à Versailles tout de même !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.